lundi 22 octobre 2018

MV Sewol

Naufrage du ferry Sewol le 16 avril 2014 en Corée du Sud.

Ci dessous, une carte pour ceux d'entre vous qui ne sauraient pas où se trouve la Corée du Sud.
Je l'ai teintée en vert. C'est entre le continent asiatique et le Japon.


MV Sewol

Lancé en 1994 au Japon sous le nom de Naminoue Maru, ce ferry a été vendu à la compagnie sud-coréenne Cheonghaejin en octobre 2012. Celle-ci fait des modifications sur les ponts supérieurs de poupe, alourdissant le ferry de 239 tonnes à l'arrière. Le navire est de nouveau autorisé à naviguer avec une capacité de 921 passagers et de 220 véhicules. Il assure alors la liaison Incheon-Jeju.

Le 15 avril 2014 au soir, il part avec 2 heures de retard à cause du brouillard. Il est plus chargé qu'il devrait l'être et dans un premier temps, c'est cette charge supplémentaire qui va être pointée comme le principal facteur de l'accident. Il fait la route de nuit et c'est à 8h50 le 16 au matin que survient l'accident qui va entraîner le chavirement du navire. Il se trouve alors en face de l'île de Byeongpungdo.

Il y a eu une grande confusion dans les coordonnées du naufrage et trois versions ont successivement été données. Celles que je retiens sont celles enregistrées par le radar du navire Doola Ace, qui se trouvait à proximité immédiate et a été le premier à arriver sur les lieux du sinistre.

Les données AIS officielles sont confuses et différentes mais toutes s'accordent sur un virage très serré sur tribord, ce qui est à priori impossible pour un navire de sa conception.

Le Sewol a chaviré. L'enquête technique demandée par le tribunal a prouvé qu'un mauvais arrimage des conteneurs ou des marchandises ne pouvait pas suffire à chavirer le navire. Un conteneur a été filmé encore en place avec plus de 70% de gîte. Les véhicules étant tous sécurisés par des cales et des attaches, ils ne le pouvaient pas non plus.
Les témoignages du troisième officier et du timonier sont concordants, le premier a ordonné le cap 140° et le timonier a exécuté l'ordre, mais le navire est allé beaucoup plus à droite, si bien qu'il a été ordonné la barre à bâbord (gauche) malgré cela, le ferry a continué à tourner vers la droite tout en commençant à basculer vers la gauche. Sur ce point, le tribunal a conclu que le timonier avait tourné encore plus vers la droite parce qu'il avait confondu bâbord et tribord, bien qu'il ait affirmé le contraire et ait complètement exclu la possibilité de cette confusion.
Il est à noter que le VDR n'a été récupéré que deux ans après le verdict. La commission d'enquête a néanmoins dit que ce changement de direction, même avec la barre à tribord toute ne pouvait ni affecter la marchandise transportée, ni faire chavirer le navire. Des vidéos prises par les passagers prouvent qu'à peine quelques secondes après le début du chavirement, la gîte était déjà aux environs de 45°. Les passagers sont tombés les uns sur les autres brutalement. Certains ont témoigné de personnes qui volaient à travers le ferry. Yang Seung Jin, un professeur qui accompagnait les élèves du collège, a décollé de la banquette où il était assis et a été projeté à la mer après plus de 10 mètres de "vol" à travers les portes latérales. Il est l'une des victimes dont on n'a pas retrouvé le corps.

Compte tenu de ce qui précède, la commission n'a retenu ni la surcharge, ni l'erreur du timonier, ni un arrimage inadéquat des charges transportées et des véhicules, ni la mauvaise stabilité du navire comme causes possibles. La conclusion est que l'origine de ceci ne peut être qu'extérieure au navire lui-même mais cette cause demeure inconnue car, on le voit sur le navire renfloué, la coque est intacte.

Une image du ferry prise rapidement après le chavirement
Le grand nombre de victimes s'élève à 304. Pour la plupart des adolescents à qui il avait été expressément demandé de ne pas bouger de leurs cabines.
Lors du premier procès, le troisième officier et le timonier ont été reconnus non coupables. Le capitaine et plusieurs autres membres de l'équipage au contraire lourdement condamnés. Malgré tout, toute la lumière n'a pas été faite sur cette catastrophe et il appartient à présent au nouveau gouvernement coréen de rouvrir cette enquête et d'y apporter des réponses avec les données auxquelles je ne peux moi même pas avoir accès.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Le spam est notre ennemi à tous et pour l'éviter, les commentaires sont modérés à priori.