mardi 4 août 2015

ECDIS quelques éléments pour comprendre

Qu'est-ce que l'ECDIS ?

ECDIS, abréviation pour Electronic Chart Display and Information System, est un système informatique de navigation compatible avec les recommandations de l'IMO est peut être utilisé comme alternative aux cartes marines sur papier. Il s'agit d'une aide précieuse capable de donner à chaque instant la position d'un navire par rapport à des obstacles fixes ou mobiles qui pourraient présenter un danger. Contrairement aux cartes marines sur papier, les cartes téléchargeables pour les systèmes ECDIS sont automatiquement mises à jour.

Le système ECDIS permet également de planifier une route et de surveiller le trajet du navire sur cette route. Des alarmes visuelles et sonores sont prévues en cas d'écart de trajectoire, de danger ou de pénétration dans des eaux réglementées. Une route est une succession de passages par des points définis à l'avance appelés waypoints. Chaque waypoint donne lieu à un changement de cap.
Ces points sont affichés sur la carte qui apparaît à l'écran, Les navires qui se trouvent à proximité sont localisés et identifiés et des informations à leur sujet sont disponibles. Le navire dans lequel on se trouve est appelé own ship, son cap est matérialisé par un trait qui le précède.




En plus de la carte, l'ECDIS affiche de nombreuses informations indispensables pour diriger un navire en toute sécurité. La formation à ce système est obligatoire pour les officiers de passerelle depuis 2013.


Je n'ai pas la prétention de donner le mode d'emploi complet du système informatique, mais seulement d'aider à comprendre les données affichées sur l'écran.
Je réalise ce travail pour des personnes qui en ont eu besoin pour avoir une bonne connaissance des circonstances qui ont mené à une catastrophe qui a conduit à la perte de plusieurs vies. Un procès a eu lieu et nul n'a semblé comprendre comment tout est arrivé. Mon ambition est donc de rendre la situation claire pour que chacun juge en sa conscience.

L'écran est divisé en plusieurs secteurs qui renseignent chacun sur des points essentiels. Commençons par le plus simple, définir ces secteurs.


Toute la partie gauche sont des choix de l'opérateur, je n'ai donc rien à en dire. Ce qui est intéressant se trouve dans la partie droite.

Les données du navire


Sur la ligne "mode de navigation" Vous aurez remarqué la mention "OFF" en face de TRACKPILOT1 qui est la route chargée pour ce voyage. On est en sortie de port et la manœuvre se fait manuellement.
Les autres options sont :
TRACK, ce qui signifie que le navire suit la route tracée à l'aide des waypoints, de façon automatique et sans intervention du personnel de passerelle.
HEADING, qui signifie que le navire suit un cap donné dans le prolongement de son axe longitudinal.
COURSE, qui signifie que le navire suit un cap donné et que le système corrige sa trajectoire en fonction des éléments extérieurs qui pourraient en affecter le cours, vent ou courants marins.

Ces différents modes sont expliqués avec des exemples concrets dans un billet complémentaire.


La boussole



Les données de la route



Waypoints et modes de navigation

Conscient qu'il n'est pas facile de s'y retrouver dans la quantité d'informations disponible sur l'écran de l'ECDIS, j'ai pris la liberté de flécher ce dont je vais parler.

Sur l'image ci-après, j'ai repéré le navire en vert. Il sera toujours de cette couleur dans les autres illustrations. Il vient de la droite de l'écran et tient le cap 250.7° matérialisé par un trait blanc dans l'axe du navire.
La route n'est pas encore activée, mais le barreur la suit. On voit dans les données qu'il vient de franchir le waypoint 4 et se dirige vers le waypoint 5. Une route est en effet une succession de waypoints entre lesquels le navire se dirige de façon rectiligne par rapport aux cartes (ce qui n'est pas le cas en réalité vu que la terre est sphérique et non plate mais on ne va pas tout embrouiller tout de suite).


Les autres données qu'on peut lire sur cet écran sont un vent de sud-est à 115° de 18.3 nœuds et que le navire avance à 15.3 nœuds. Deux autres navires sortent également du port. Le chenal est matérialisé par les pointillés roses.

Sur l'image suivante, je n'ai laissé en couleur que ce qui est important pour l'explication. Le navire est toujours en vert et les waypoints sont roses. Lorsqu'on dit que ne navire va de waypoint en waypoint, c'est vrai et faux à la fois. Il se dirige vers ces waypoints mais, à l'exception du premier et du dernier, il les évite car c'est l'endroit où il change de cap. Pour éviter des embardées, le navire décrit donc un arc de cercle tangent aux deux directions que j'ai matérialisé par une ligne discontinue rose.

Le point où il va commencer à tourner est appelé WOP, abréviation de wheel over point. Ce point est défini pour chaque waypoint et la distance à parcourir pour l'atteindre est affichée en mètres en bas de données de navigation. Là, il ne lui restait que 4 mètres à parcourir, ce qui veut dire qu'il était dessus, compte tenu de la longueur d'un navire.



Sur cette même image, j'ai sur-ligné le mode de navigation, heading, en jaune. On voit en effet que l'axe du navire n'est pas aligné sur la route. On verra sur l'image suivante les conséquences de cet écart.

Sur cette troisième image, le mode de navigation est toujours heading, mais un cap a été saisi sur la ligne SET : 304°. Le navire va donc obéir et s'aligner sur le cap 304, même s'il dérive de côté.
On voit très nettement que la ligne du cap est distincte de la route. Les deux lignes sont parallèles. En fin de manœuvre, la route prévue et la route suivie seront elles aussi parallèles.


Ici, on est passé en mode course. L'axe du navire pointe vers le cap 295.8° mais le cap à suivre est 304° et on voit que le système de navigation ramène le navire sur la route initialement prévue et ce, malgré une dérive importante. On n'a pas le vent, car la boussole est en défaut à ce moment là, mais on peut imaginer qu'il est de travers. L'écart par rapport à la route est de 343 mètres à gauche.


Pour la dernière image, en mode track, le navire suit automatiquement la route tracée. Il se dirige vers le waypoint suivant qui doit marquer un nouveau virage.


Ces images sont extraites de l'enregistrement de la route parcourue par le navire Costa Concordia le 13 janvier 2012, moins d'une heure avant qu'il ne percute un rocher près de l'île de Giglio en Toscane.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Le spam est notre ennemi à tous et pour l'éviter, les commentaires sont modérés à priori.