mardi 29 novembre 2016

Du München au Steuben

Après la première guerre mondiale, l'Allemagne veut reprendre pied dans le service transatlantique. A cet effet, des navires doivent être construits à nouveau car la guerre a détruit la majeure partie de la flotte marchande allemande.

Seulement quatre ans après la guerre, dans le chantier naval Vulcan AG à Stettin, les sister-ships "München" et "Stuttgart" sont mis en œuvre. Par rapport à ceux de l'avant-guerre, ils sont plutôt petits et modestes mais ils sont modernes et exceptionnellement bien équipés. Le premier est mis en service par la compagnie maritime allemande Lloyd du Nord à Bremen en 1923 sous le nom de "München".



le  voyage inaugural, en Juin 1923, va de Bremerhaven à New York.  Après 1925, il est parfois utilisé pour des voyages de loisirs dans les îles de l'Atlantique. En 1930, le navire qui comprend trois classes, navigue sur la route de l'Atlantique Nord lorsqu'il rencontre sa première catastrophe le 11 Février, 1930, pendant le déchargement de la cargaison au port de New York. Un incendie se déclare à bord. Le service d'incendie est impuissant et pendant 22 heures des flammes font rage dans la coque brûlante. Le navire, qui menaçait de chavirer, n'est retenu que par le quai. Dans les flammes, un électricien et un pompier trouvent la mort. La cause de l'incendie reste inconnue.

Le "München" est presque complètement brûlé. En fait, le navire semble perdu mais ses exploitants lui font retraverser l'Atlantique et le ramènent à Bremen. Là, le navire est réparé et redécoré avec un tout nouvel intérieur. En Janvier 1931, il rentre de nouveau au service de la compagnie maritime. Seuls les initiés savent que derrière ce magnifique paquebot, il y a la première construction d'après-guerre de Lloyd. Les marins sont superstitieux. Par conséquent, le navire reçoit un nouveau nom de "General von Steuben", nommé d'après Friedrich von Steuben, un Allemand héros de la guerre d'Indépendance américaine, très populaire aux États Unis. Traditionnellement, les navires Lloyd portaient des noms de villes. La compagnie maritime va consciemment changer sa politique pour mettre en avant ce signe d'amitié germano-américaine.

Le navire ressuscité n'est plus que rarement utilisé sur la route transatlantique. Les vastes et luxueux paquebots "Bremen", "Europa" et "Columbus", aux nouvelles normes, font maintenant le service entre l'Allemagne et les États-Unis. Alors que le General von Steuben entre Bremerhaven et New York met en moyenne neuf jours et demi pour faire la traversée, le Bremen n'en met que cinq. Désormais, le General von Steuben est utilisé principalement pour les voyages de loisirs et les croisières classiques polaires au Cap Nord en Norvège ainsi qu'en Méditerranée.

En 1938, compte tenu des relations qui se sont tendues avec les États-Unis, son nom est raccourci. "Steuben" est le nouveau nom donné au navire.

Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale met tout le trafic civil de transport maritime à l'arrêt. Le Steuben sera envoyé à Kiel, saisi par la Marine Allemande. Il cesse de naviguer.

En Août 1944, il reprend du service comme navire-hôpital auxiliaire. Le Steuben transporte les blessés du golfe de Riga vers les ports de la Baltique occidentale. Avec l'avancée de l'Armée rouge, l'évacuation de la population est-allemande se fait par la mer. Beaucoup doivent leur retour dans le Schleswig-Holstein au Steuben.

le 9 février 1945, il quitte le port de Pillau en direction de Kiel avec 4267 personnes à bord dont :
- 2.800 soldats blessés alités.
- 270 médecins, infirmières et auxiliaires de médecine.
- 12 puéricultrices.
- un peu plus de 800 réfugiés civils qui fuyaient l'armée rouge.
- 160 marins de la marine marchande.
- 121 membres d'équipage marins, opérateurs radio, machinistes et personnel de passerelle.
- et une centaine de soldats démobilisés.

Arrivé près de Stopelbanken en Prusse Orientale, le navire a été repéré par le sous-marin S-13, qui avait coulé le Wilhelm Gustloff quelques jours plus tôt.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Le spam est notre ennemi à tous et pour l'éviter, les commentaires sont modérés à priori.