lundi 21 juillet 2014

MS Zenobia

MS ZENOBIA

On parle souvent du Titanic comme du navire qui a coulé à son voyage inaugural, mais il n'est pas le seul, et cet exemple est encore plus terrible, car voici un navire neuf, équipé des dernières technologies, qui a coulé sans aucune raison apparente sur son voyage inaugural entre la Yougoslavie et la Syrie.

Le Zenobia était un ferry de la compagnie suédoise AB Nordö, construit à Malmö avec deux autres identiques. L'un d'entre eux, lancé en 1980 sous le nom Ariadne, sera renommé SeaFrance Cézanne en 1995 par la SNCF et sera affecté à la traversée Douvres Calais jusqu'en 2011. Le second, également lancé en 1980, sous le nom de Scandinavia, est encore en service sous le nom de Wawel entre Swinoujscie en Pologne et Ystad en Suède pour les compagnies DFDS et Polferries réunies.

Le 30 mai 1980, le Zenobia avait embarqué 135 camions et 121 passagers à Koper en Yougoslavie.
Le 2 juin, peu après minuit, le quart s'est aperçu que le pilote automatique était en défaut. Le navire déviait de la route prévue sur tribord. En même temps, une gîte sérieuse à bâbord s'est installée, allant jusqu'à 40°. Toutes les tentatives pour redresser la situation ayant été vaines, un appel de détresse a été lancé.

Il était impossible de diriger le ferry qui fut incapable de rentrer dans le port voisin de Lamarca. Un pilote fut envoyé et il fut demandé aux autorités portuaires de permettre le remorquage dans des eaux de faibles profondeurs pour résoudre le problème, mais les cartes de l'endroit n'étaient pas suffisamment précises sur le ferry, qui ne devait pas se rendre à cet endroit, et les autorités portuaires ont rejeté la demande.

Il fut constaté que le système informatique de répartition d'eau dans les balasts avait un problème et il fallut utiliser des pompes manuelles, dont une lâcha. La situation fut néanmoins rétablie et le navire se trouva pratiquement droit avec une gîte de 2°, cependant, tôt le matin, le navire se pencha brusquement à 45° à tribord, de l'autre côté. L'équipage redoubla d'efforts et réussit à redresser le ferry le 6 juin, peu avant minuit. Malheureusement, il reprit de la gîte une demi-heure après, de nouveau à bâbord.

Le 7 juin vers une heure du matin, le capitaine, voyant qu'il ne pouvait redresser la situation durablement et soucieux de préserver la vie des hommes à bord, a décidé d'évacuer le navire. Les chauffeurs et l'équipage ont tous été recueillis par un cargo allemand de passage. Les seules victimes de ce naufrage furent les animaux qui étaient restés prisonniers d'une bétaillère qui s'est retrouvée écrasée à l'intérieur du ferry lorsqu'il a chaviré.

Les camions qui étaient à bord, malgré ce qui a pu être raconté, ne furent pas la cause de la gîte. Alternativement à babord, puis à tribord. Sur la deuxième photo, prise par un chauffeur qui se trouvait à bord, on voit d'ailleurs nettement que même lorsque le ferry est à 45°, les camions sont toujours à peu près à leur place. Sur ce type de ferry, ils d'ailleurs sont garés tellement près les uns des autres qu'il est impossible de retourner à l'intérieur, les portes n'ayant pas la place de s'ouvrir.


Il y a très peu d'informations sur ce naufrage, parce qu'il n'a fait aucun mort. Le site de l'armateur suédois n'en parle pas et on ne sait toujours pas ce qui a causé cette perte. Le ferry, tout neuf avait fait le voyage de Suède jusqu'en Grèce sans soucis particuliers. Les autorités portuaires ont accepté le remorquage du Zenobia le 7 juin à 1h08, trop tard, car à 1h20 le Zenobia était au fond de l'eau. L'équipe de secours envoyée n'avait pas le matériel nécessaire pour couper la chaîne de l'ancre.


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Le spam est notre ennemi à tous et pour l'éviter, les commentaires sont modérés à priori.