samedi 20 décembre 2014

Un chavirage du à la surcharge.

Naufrage du Mutambala le jeudi 11 décembre 2014 à 23h00 heure locale dans le lac Tanganyika en République démocratique du Congo à la hauteur de la localité de Tembwe.

232 personnes ont survécu au chavirage, essentiellement des hommes, mais 129 corps ont été repêchés, hommes, femmes et enfants. Il y aurait encore des disparus mais nul ne sait combien de passagers avaient pris place à bord en réalité. En Afrique, il se peut toujours qu'il y ait eu des clandestins dans la cale. L'un des rescapés, Edo Malala dit qu'il y avait plusieurs centaines de passagers sur ce bateau dont la capacité maximum déclarée est de 140 passagers. D'importantes quantités de marchandises de trouvant de surcroît à bord. Le bateau, surchargé, a été déstabilisé par des vents violents. Il n'y avait pas de gilets de sauvetage à bord.

A la suite de ce naufrage, le commissaire maritime intérimaire de Moba, M. Katede, a été arrété, ainsi que le capitaine et les membres d'équipage. Le mécanicien a confirmé que le bateau était surchargé.

Le bateau était parti de Moba vers la ville de Kalemie trois ou six heures avant, selon les sources.
Devant le danger, c'était le sauve-qui-peut, a témoigné un rescapé, certains passagers des cabines de luxe se sont jetés à l'eau. Un bateau de passage en a secouru quelques-uns. Des passagers sont restées coincés dans la cale.

Les accidents sur le lac Tanganyika sont nombreux. Il y a quelques semaines, un bateau avait fait naufrage au port de la ville d'Uvira dans la province du Sud-Kivu. La vétusté des bateaux et le non respect des règles de sécurité sont les principales causes évoquées pour ces accidents.
Dans ce naufrage, il est évident que faire porter à un navire trois fois sa capacité en marchandises et en passagers est une circonstance aggravante lorsque les conditions météorologiques sont déjà difficiles.

NB : Cet article est la synthèses de plusieurs sources locales entre le 12 et le 19 décembre 2014.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Le spam est notre ennemi à tous et pour l'éviter, les commentaires sont modérés à priori.